L’autre fille au Studio Hebertot

affiche-l-autre-fille

Artiste : 

Laurence Mongeaud

A l’affiche :

Jusqu’au 19 juin 2019

Lieu :

Studio Hebertot

78 bis, boulevard des Batignolles

75017 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
l-aide-fille

Par Marie-Christine pour Carré Or TV

Juste magnifique ! 

 

Elle se croyait « fille unique », et puis à 10 ans, au cours de l’été 1950, elle surprend une conversation qu’elle n’aurait jamais dû entendre : Sa mère s’exprime ainsi :

« Elle est morte comme une petite sainte. »

« Elle était plus gentille que celle –là. »

A compter de cet instant, la vie de cette petite fille bascule.

L’œuvre entière d’Annie Ernaux est auto-socio-biographique.

Ses romans sont écrits sous forme de monologues, d’introspection des années passées, souvent douloureuses.

En 2018, le théâtre de l’Oeuvre avait proposé « L’Occupation » de ce même auteure avec comme trame littéraire :

La jalousie, sentiment destructeur, obsessionnel,  rongeant viscéralement la narratrice.

l-autre-fille2

«  L‘autre fille » parue en 2011 est également un grand cri de douleur, engendré par les non-dits. Une lettre adressée à haute voix à cette sœur dont ses parents ne lui ont jamais révélé l’existence.

« Tu es entrée morte dans ma vie. »

La mise en scène de Nadia Rémita excelle dans la sobriété : un décors de livres, ouverts en début de pièce, puis se refermant au fil de la lecture.

Et ces 8 lettres en fond de scène : GENTILLE derrière lesquelles se cachent les photos de Ginette, sa sœur morte à l’âge de 8 ans suite à une diphtérie. Deux ans avant sa naissance !

« Je suis venue au monde, parce que tu es morte. »

Laurence Mongeaud, comédienne de talent, nous livre avec beaucoup d’émotion son enfance, son adolescence et finalement toute l’histoire de sa vie, puisque 60 ans après, elle continue à buter sur ce même qualificatif : Gentille !!!

Cette pièce est une immense plainte, expression de révolte, de souffrance extrême, de jalousie allant même jusqu’à la haine. Haine envers le fantôme de cette sœur ainée cachée et envers sa mère, qui manifestement préfère sa fille aînée, déçue d’avoir mis au monde une autre fille, ne ressemblant en rien à sa petite Ginette !

Ginette a joué, ri, pleuré ,dormi … vécu à sa place dans cette même chambre. Sans qu’elle le sache ! C’est la stupéfaction !

Depuis la révélation fortuite de son existence, son spectre est omni présent au milieu de ce trio familial.

En apprenant son existence :1932 /1938, la narratrice a voulu à tout prix, prendre le contre pied de l’image de la gentille, de cette âme trop innocente, trop pure, trop…

Cette narration dévoile une imagination auto destructrice.

« L’autre fille » d’Annie Ernaux a évidemment un écho pour beaucoup d’entre nous.

Les secrets de famille engendrent des ravages irrémédiables, lorsqu’ils sont enfin révélés mais souvent tardivement ou appris par hasard comme dans cette pièce.

Le pouvoir de l’imagination, du mental sur notre vie.

Le poids de certains mots avec leur valeur hautement destructrice.

Le poison de la loi du silence. Ces hommes et ces femmes emportant jusque dans leur tombe leurs secrets.

Les regrets !

Pourquoi n’avoir pas osé parler ?

Avec « L’autre fille » nous sommes submergés d’émotion, d’interrogations. Une seule en scène absolument remarquable !

3 plusieurs commentaires

  1. Une pièce émouvante, un texte poignant et une comédienne touchante qui s’approprie autant l’espace que le texte, on s’identifie à cette petite fille, cette jeune fille et cette femme, elle nous tient du début à la fin, le fil se tient et la mise en scène concrétise et embellie la pièce, à voir

  2. Emouvante, la comédienne incarne avec finesse le personnage et on découvre au fil du texte ce passage douloureux de la vie de Annie Ernaux. La sobriété de la mise en scène achève de nous embarquer dans cette histoire de famille qui nous touche en plein coeur. Bravo Mesdames!

  3. Excellent spectacle: un très beau texte, une comédienne exceptionnelle et une mise en scène simple mais si évidente. En un mot, que vous aimiez Annie Ernaux ou pas, un beau moment d’émotion qu’il serait dommage de rater!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :