Coups de coeur

Bronx au Théâtre de Poche de Montparnasse

affiche-bronx

Artiste : 

Francis Huster

A l’affiche :

Jusqu’au 7 juillet 2019

Lieu :

Théâtre de Poche

75, boulevard de Montparnasse

75006 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
bronx

Par Marie-Christine pour Carré Or TV

Une performance émouvante ! 

 

Chazz Palminteri, acteur, réalisateur, scénariste écrit à la fin des années 80 une pièce autobiographique :

« A bronx tale » qui remporte un immense succès à Los Angeles dès lors la carrière de Chazz Palminteri prend un virage à 180 degrés.

Adaptée au cinéma en 1993 et réalisée par Robert de Niro également italo – américain ! « Il était une fois le Bronx » connaît un très bel accueil du public dans le monde entier.

Cette pièce est également aujourd’hui une comédie musicale. Bref, un petit chef d’oeuvre !

En France, depuis 2012, la pièce de Chazz Palminteri a été adaptée par Alexia Perimony.

A la tête d’affiche, seul en scène, un immense comédien : Francis Huster.

Francis Huster. Filage de la piece" Bronx " au theatre  Poche Montparnasse Paris. Auteur Chazz Palminteri,mise en scene Steve Suissa.
Paris,FRANCE-16/04/2019
//DELALANDE_1131.2887/1904190916/Credit:DELALANDE RAYMOND/SIPA/1904190919

Francis Huster interprète de la neuvième à la dix septième année Cologio, enfant d’origine italienne et vivant dans les années 60 dans le quartier du Bronx à New york, comme tous ses compatriotes italiens, siciliens, sardes.

Rôle excessivement physique puisqu’à une vitesse incroyable, il passe d’un personnage à l’autre et ils sont dix huit !

Avec un art hors du commun, sa voix est celle d’un enfant puis immédiatement celle d’un mafiosi. Nous sommes littéralement bluffés par cette performance d’acteur.

Initialement le décor de cette pièce avait des allures façon « West side story ».

Au théâtre de poche, le comédien joue quasiment dans le public, aussi la mise en scène de Steve Suissa prend des allures plus sobres.

Vidéos en arrière plan, suffisamment évocatrices pour recréer l’ambiance authentique de cette « little Italy » avec la « East 187 th Street » et la mafia qui règne impitoyablement sur cette parcelle new yorkaise.

La bande son, souvent « jazzy » réalisée par Maxime Richelme est un clin d’oeil à l’Amérique de l’époque.

Cologio a 9 ans lorsqu’il est le seul témoin au bas de son immeuble d’un meurtre perpétré par Sunny, parrain de la mafia du Bronx.

Son père Lorenzo, honnête chauffeur de bus, vivant chichement avec sa femme et ses enfants ne veut pas d’histoire pour son gamin et pour les siens.

Ce sera : « La loi du silence ».

Poussé par son père, Cologio déclare à la police ne reconnaître aucun affranchi comme assassin.

Il innocente ainsi Sunny.

« Quelque chose de bien pour quelqu’un de pas bien. »

Les yeux de ce parrain croisent ceux de Cologio. A compter de ce jour, Sunny le prend sous son aile, il devient le fils qu’il n’a jamais eu et ceci malgré l’interdiction de Lorenzo.

Ce gosse est littéralement fasciné par ce parrain de la mafia, il est alors face à un choix cruel : Obéir à son père et avoir avec une destinée honnête, travailleuse, terne, monotone ou vivre intensément comme Sunny !

Sunny lui fait son éducation et lui inculque certaines valeurs fondamentales de vie, pas forcément catholiques.

« Mieux vaut être craint qu’aimé. »

Durant ses séjours en prison, cet affranchi a lu le « Prince » de Niccolo Machiavello !

Il n’est pas qu’une brute, et contrairement à la plupart des membres de la communauté italienne de New York des années 60, il n’est pas raciste et croit en l’amour.

« Laisse parler ton cœur. »

Ainsi Cologio va mener une double vie avec sa propre famille, et son père d’adoption.

Cette pièce retrace parfaitement l’atmosphère de l Amérique du début de mandat de John Fitzgeraild Kennedy avec ce racisme impitoyable envers les noirs.

Chazz Palminteri fait néanmoins triompher L’Amour, La Tolérance.

« Bronx » fait chaud au cœur Un immense bravo à Francis Huster.

3 plusieurs commentaires

  1. cette pièce est un bijou, j’ai beaucoup aimé le jeu de Francis Huster, « actor’studio » et la mise en scène très rythmée de Steve Suissa. je la recommanderai à mes amies et proches. on repense au film avec De Niro et aux pièces de Tenessee Williams, bravo et continuez de nous enthousiasmer.

  2. Quel talent et quelle humilité. Francis Huster est certainement un des plus grands acteurs français. Un jeu exceptionnel, il incarne 19 personnages avec brio. Il prend le temps à la fin du spectacle de discuter chaleureusement de la pièce et de la vie. Une rencontre inoubliable.

  3. Francis Huster est éblouissant, le texte est passionnant, n une performance d’acteur toujours éblouissante de la part de cet acteur. Très belle soirée passée au théâtre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :