King Kong Théorie au Théâtre de l’Atelier

affiche-king-kong-theorie

Artistes : 

Anne Azoulay, Marie Denardaud et  Valérie de Dietrich

A l’affiche :

Jusqu’au 31 décembre 2018

Lieu :

Théâtre de l’Atelier

1, place Charles Dullin

75018 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
king-kong2

Par Bernard-Alexandre pour Carré Or TV

Une belle leçon sur la féminité ! 

 

 » King Kong Théorie » est un essai littéraire de Virginie Despentes paru en 2006.

Le titre fait référence à la créature King Kong du film de Peter Jackson.

« King Kong est au-delà de la femelle et au-delà du mâle. Il est à la charnière, entre l’homme et l’animal, l’adulte et l’enfant, le bon et le méchant, le primitif et le civilisé, le blanc et le noir. Hybride, avant l’obligation du binaire. »

Présenté par son éditeur comme un manifeste pour un nouveau féminisme, « King Kong Théorie », à sa manière, esquisse à la fois un constat du féminin au présent et tente d’ouvrir le champ des possibles futurs.

La publication a d’ailleurs très vite consacré Virginie Despentes comme papesse du néo-féminisme français.

"King Kong théorie", mise en scène de Vanessa Larré

La version qui se joue actuellement au Théâtre de l’Atelier a été adapté par Valérie de Dietrich et Vanessa Larré.

Sur scène, trois comédiennes se partagent le texte : Anne Azoulay, Marie Denardaud et Valerie de Dietrich.

La mise en scène est astucieuse, la répartition du texte est ingénieuse.

Le spectacle est un foisonnement de trouvailles pour porter le texte et le jeu des comédiennes.

Sans trop en dévoiler, le moment interactif avec le public pourrait être risqué, mais les comédiennes maitrisent parfaitement le sujet dont elles parlent.

Le texte de Despentes est dur, cru, engagé mais on appréciera les touches d’humour ponctuant le spectacle à travers les accessoires utilisés ou les mimiques des trois artistes.

« King Kong Théorie » parle de prostitution, de viol, de pornographie, c’est un spectacle féministe clairement engagé qui pourrait passer pour un manifeste contre l’homme mais il n’en est rien car c’est un manifeste contre la société, car comme le dit si bien la fin du spectacle, il y a eu la révolution féminine, mais à quand la révolution masculine…

3 plusieurs commentaires

  1. On ne peut ne pas adhérer à cette analyse critique de la société. Superbement mis en scène et joué, un énorme BRAVO à ces trois charismatiques comédiennes !

  2. Il n’est jamais simple de faire passer un livre à l’écran, alors sur les planches… mais ici, tout est réussi, les actrices sont incroyables, leur jeu est parfait, la force des lignes de Despentes respectée. Une vraie claque, une qui fait avancer et qui donne envie de ne pas baisser les bras. Bravo

  3. Les 3 comédiennes font vibrer le texte de V. Despentes dès la première seconde, elles nous emmènent dans son univers et ne nous lâchent plus. J’ai été transportée par cette performance, qui mène à beaucoup de réflexions, à quelques moments de rire aussi entre drôlerie et gêne, à quelques moments de confidence quand elles s’adressent à la salle. Hommes et femmes, allez-y, et parlez-en encore et encore, après.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :