Coups de coeur

La ménagerie de verre au Théâtre de Poche de Montparnasse

affiche-la-menagerie-de-verre

Artistes : 

Cristiana Reali, Ophelia Kolb, Charles Templon et  Félix Beaupérin

A l’affiche :

Jusqu’au 13 janvier 2019

Lieu :

Théâtre de Poche

75, boulevard du Montparnasse

75014 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
la-menagerie-de-verre

Par Marie-Christine pour Carré Or TV

Emouvant !

 

La ménagerie de verre a été la première pièce écrite par Tennessee Williams. L’auteur s’est inspiré de sa propre existence ainsi qu’il aimait à le répéter « C’est une pièce de la mémoire ».

La mise en scène de Charlotte Rondelez demeure fidèle à l’atmosphère de Saint Louis des années 1930. Les personnages évoluent dans une salle à manger meublée simplement, les fins de mois sont difficiles.

Le long rideau du fond de scène symbolise l’écran entre rêves et réalité.

Si la vie des Wingfields est relativement banale, les trois acteurs de cette famille possèdent quant à eux des personnalités complexes.

Tom, le fils est également narrateur. Devenu adulte, il raconte sa vie passée entre sa mère Amanda et sa sœur Laura, handicapée. Son père les ayant abandonnés à leur triste sort depuis plusieurs années. Par amour pour sa sœur, il s’efforce de rester dans cette geôle familiale. Il étouffe et rêve de poésie, de voyages et de liberté.

la-menagerie-de-verre2

Obligé de travailler dans une fabrique de chaussures pour subvenir aux besoins matériels, il passe ses nuits au cinéma ou ailleurs… Pour oublier la réalité du quotidien.

Interprété par Charles Templon, acteur de cinéma et comédien talentueux et bouleversant !

Animé de sentiments complexes : Son devoir de fils respectueux et responsable de famille mais aussi sa rage, sa colère montante pour échapper à cette prison familiale, aux excès de cette mère possessive.

Le personnage de la mère Amanda, est campé par Cristiana Reali qui a déjà interprété avec talent : « La rose tatouée » et « La chatte sur un toit brulant » de Tennessee Williams.

Ce n’est donc pas une nouveauté pour cette comédienne sensible au rythme et à l’atmosphère de cet auteur américain.

Amanda, nostalgique de sa jeunesse à Saint Louis, alors que la vie était facile naguère. Belle, séduisante avec une foule de galants, rêvant déjà d’une vie extraordinaire ! Après un mariage d’amour et deux enfants, son mari a quitté la cellule familiale, la laissant dans une situation matérielle très délicate.

Fantasque, autoritaire, possessive et nostalgique, c’est une femme haute en couleurs et Cristiana Reali se glisse avec aisance dans ce rôle fait sur mesure.

Désormais, sa priorité : Trouver un mari à « sa fille pas tout à fait comme les autres » ; pour le bonheur de cette dernière et aussi pour des raisons purement financières.

Ophélia Kolb interprète Laura cette jeune fille handicapée, maladive, timide, neurasthénique et excessivement complexée. Ayant abandonné ses études, elle reste recluse dans l’appartement familial.

Sa seule passion : Une collections de petits animaux en verre transparent.

Il fallait la grâce et la sensibilité d’Ophélia Kolb pour jouer cette jeune femme aussi fragile que ses miniatures de verres.

L’interprétation de cette comédienne est remarquable et doit être soulignée.

Ainsi sous le même toit, trois personnes de même sang vivent chacune dans un monde onirique L’atmosphère est pesante, à la limite de l’asphyxie, les corps sont tendus, les mots sont tranchants.

Enfin apparaît dans les deux dernières scènes un quatrième personnage : Jim O’Connor interprété par Félix Beaupérin, sensuel et charmeur ludique.

Ce dernier donne un peu de fraîcheur, de gaîté, de légèreté dans cette ambiance familiale pesante. Sera-t-il le galant espéré par Amanda, le futur mari pour sa fille ?

Amanda se démène comme une forcenée, met les petits plats dans les grands ! Redevient le temps d’une soirée, une belle femme élégante allant jusqu’à porter la tenue de ses premiers bals !

Cette soirée est capitale, elle peut changer à jamais l’existence de Laura et la sienne.

Durant quelques instants, l’atmosphère devient plus respirable. On se plaît à imaginer une Happy End !

Jim est le premier à pouvoir vraiment échanger avec Laura, l’aide à surmonter ce complexe qui lui empoisonne la vie, à la rassurer.

Oui, Laura est belle et ne le sait pas
Jim pénètre le temps d’un rêve, dans le monde de la ménagerie de verre !
Le corps raide de Laura s’assouplit, devient gracieux.
Pour la première fois de sa vie elle valse, elle rit, elle est une femme normale.

Jim commet l’irréparable en embrassant Laura car en réalité son cœur n’est pas libre.

D’un seul coup tout espoir se brise, telle une miniature de verre, la réalité revient avec une violence inouïe !

Tom le narrateur a quitté comme son père le foyer familial, cette soirée a mis un terme à son emprisonnement physique et mental.

Que deviennent aujourd’hui sa sœur bien aimée et sa mère. Il ne les a jamais revus et les a abandonnés comme son père !

Les souvenirs le hantent, les remords aussi.

3 plusieurs commentaires

  1. C’est 1 pièce fantastique et c’est 1 spectacle parfait ! Tout ici est pensé avec délicatesse et justement dosé : de l’humour à la colère et au désespoir, tous les sentiments sont ici explorés et livrés par le biais des 4 interprètes magistraux ! Du très bel ouvrage !!!!

  2. Mais quelle superbe représentation nous offre ce quatuor parfaitement ajusté et équilibré dans la remarquable mise en scène de Charlotte Rondelez . Que d’émotion et de frissons dans cette émouvante interprétation …..Pièce impitoyable qui oblige le spectateur à réagir car la provocation frappe sournoisement et cruellement. a découvrir absolument!!!!!

  3. Beaucoup d’émotions lors de cette représentation avec un excellent quatuor d’acteurs. Christiana Reali m’a vraiment bluffé, son interprétation passe par de multiples registres avec toujours la même justesse, elle est magistrale et comme elle est belle ! 💘 Un bonne pièce de théâtre admirablement servie par une mise en scène inventive, délicate et élégante. A voir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :