Coups de coeur

Océanerosemarie dans Chatons Violents
au Théâtre des Béliers Parisiens

affiche-chatons-violents

A l’affiche : 

Jusqu’au 11 juin 2017

Lieu : 

Théâtre des Béliers Parisiens

14 bis, rue Sainte Isaure

75018 PARIS

Comparez les prix : 

chatons-violents

Par Nathaly pour Carré Or TV

Coups de griffes VS pattes de velours

Les Bons Blancs Bobos (BBB) sous la loupe acide d’Océanerosemarie

 

Ne vous fiez pas à l’affiche du spectacle des « Chatons violents » où une jeune femme très Auteuil-Neuilly-Passy scrute l’horizon une main posée sur son superbe chat angora.

Océanerosemarie (également connue sous son allias de chanteuse : Oshen) a créé en 2009 le personnage de « la lesbienne invisible » et milite avec humour pour la liberté des homosexuels et le féminisme.

Elle s’empare désormais chaque dimanche soir du Théâtre des Béliers pour y jouer son dernier « seule en scène » : « Chatons Violents » dans lequel elle égratigne allègrement les BBB (Bons Blancs Bobos).

« Je n’ai pas

de problème de colère ! »

Tout commence par un chat s’étant refugié sur les toits. Sa maîtresse cherche désespérément à lui faire réintégrer l’appartement parisien qu’elle partage avec sa compagne. Nous sommes dans un milieu bien pensant de gauche, les bourgeois bohèmes.

Cette histoire de chat sera la dispute de trop entre les deux femmes. Le personnage d’Océanerosemarie  décide de quitter Paris avec son meilleur ami Jérôme qui lui aussi a été largué par sa copine. Ils s’installent tout deux à Marseille.

Marseille, la diaspora des cœurs brisés

« A Paris, on est vachement trop dans le jugement ! »

 

Marseille, où à leur arrivée les deux amis dégustent des sardines grillées, dans une courte période de déni.

Puis le tableau s’assombrit : « Marseille où les camions poubelles n’ont qu’une vocation décorative, Marseille où la concierge de leur immeuble est un rat femelle, Marseille et la pérennité des travaux dans le Centre Ville qui durent depuis plusieurs siècles, les cagoles de Marseille friandes de nail-art ».

Leur jugement dans cette immersion dans la canebière sera surtout révélateur de leur snobisme parisien: « Marseille ça ne bouge pas, les gens sont trop égocentriques ».

« Paris est devenue une Ville Musée »

Les BBB se réfugient à Montreuil

(« Montreuil le kif de la mixité sociale »)

 

Montreuil, royaume des bobos qui y font pousser leurs haies de bambous (« c’est hyper feng shui et original ») et qui repeignent leurs maisons en rouge profond. Montreuil avec ses gnomes (comprenez les enfants) en analyse dès l’âge de 2 ans.

Océanerosemarie continue de tirer à boulets rouges sur les bobos et leurs contradictions, tout y passe : l’école, le racisme, la laïcité, le féminisme, la culpabilité, le jeûne, le repli communautaire, les maisons de campagne à Belle-Ile, les religions, l’instit qui fait chanter la marseillaise aux enfants, ces femmes expertes en tout qui délivrent leurs conseils au téléphone en continuant leurs exercices d’étirement, le racisme anti-pauvres, le racisme Paris-Banlieue…

Une peinture acerbe et politiquement

incorrecte des intellectuels de gauche

«# laguerrecestnase »

 

Océanerosemarie critique sans ménagement et avec beaucoup d’autodérision le monde des BBB (Bons Blancs Bobos) auquel elle appartient.

Ce « seule en scène » est ainsi un drôle de numéro d’équilibrisme identitaire entre la partie d’elle-même qu’elle revendique et l’autre partie qu’elle cherche à renier.

Francis Bacon disait que Faute d’examen, tout devient préjugé, même la vérité,

En ce sens, ce « seule en scène » mené tambour battant par Océanerosemarie est une tribune aussi virulente qu’efficace contre beaucoup de nos préjugés.

Nous étions pourtant prévenus, attention « Chatons violents » !

3 plusieurs commentaires

  1. J’ai adoré l’humoriste et son spectacle ! Des textes drôles, incisifs et qui font réfléchir. J’ai beaucoup ri lors de la soirée. Allez-y sans hésiter !

  2. Elle est fine, drôle, occupe la scène, des sketchs variés et bien amenés, beaucoup de vocabulaire. Parfois tellement juste qu’on ne sait plus si on doit en rire ou en pleurer ;-). A voir !!

  3. Un spectacle agréable, qui fait rire et réfléchir. Tout le monde en prend pour son grade, ça apprend l’autodérision !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :