Coups de coeur

Une vie au Théâtre des Mathurins

affiche-une-vie

Artiste : 

Clémentine Celarié

A l’affiche :

Jusqu’au 22 décembre 2019

Lieu :

Théâtre des Mathurins

36, rue des Mathurins

75008 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
une-vie

Par Marie-Christine pour Carré Or TV

Clementine Célarié

a couper le souffle !

 

Il est loin le temps où une jeune fille âgée de 17 ans, fraîchement sortie du couvent, chaste, ignore tout de la vie et rêve de vivre dans le château familial auprès d’un homme aimant et de ses parents chéris.

« Elle aurait 2 enfants un fils pour lui, une fille pour elle. »

Mais le destin de Jeanne ne ressemblera en rien à ses douces rêveries d’adolescente.

Clémentine Celarié reprend avec le talent que nous lui connaissons tous, le rôle de Jeanne. Dans « Une vie », célèbre premier roman de Guy de Maupassant.

une-vie2

Cette comédienne possédant une sensibilité à fleur de peau, excelle dans ce personnage et nous bouleverse littéralement.

Il convient de souligner que Clémentine Celarié, actrice généreuse et passionnée est à l’origine de l’adaptation de ce roman pour la scèn .

Debout du haut d’une falaise normande, vêtue selon la mode féminine du début du 19eme, Jeanne s’appuie sur une canne, recherchant dans sa mémoire les événements les plus marquants de sa vie de femme.

Une route parsemée de désillusions et de chagrins.

Merveilleuse interprète, elle nous livre avec émotion ses quelques moments de plaisir furtifs précédant son mariage et les quelques semaines de sa lune de miel, puis ses longues années de souffrance, de trahison, de résignation.

Jeanne, pure, tel un cristal de roche, nous ouvre son coeur avec l’innocence qui la caractérise.

Seule l’arrivée de son fils Paul, surnommé Poulet la comble de bonheur, mais l’enfance passe vite et Paul grandit et la délaisse comme feu son époux, elle est abandonnée pour la seconde fois.

Ses parents bien-aimés disparus, Jeanne est rongée par la solitude.

Les jours, les mois et les années se succèdent et Jeanne devient fataliste, habituée à voir ses rêves s’évanouir et ses espoirs s’écrouler.

Sa naïveté prête parfois à sourire, mais comment ne pas être émus par une âme si pure !

Clémentine Celarié est toujours au bord des larmes, envahie par l’émotion et nous sommes nous aussi totalement bouleversés.

Cette vie d’angoisse, d’inquiétude, de désespérance, faisant place à un enivrement d’espoir lorsqu’il s agit de son fils. « Il reviendra, il va revenir puisque il écrit. »

Seule la mer est un havre de paix, une véritable amie et c’est auprès de son rivage qu’elle trouve du réconfort, lui permettant de nous livrer les souvenirs de ce quart de siècle, qui l’ont façonnée jusqu’à devenir cette femme vieillie avant l âge !

Seule en scène, Clémentine Celarié épouse tour à tour les personnages de Julien son mari, de ses parents, de son fils, de sa sœur de lait.

Véritable prouesse de comédienne, généreuse, se donnant à fond sans concession, comme à son habitude !

La mise en scène d’Arnaud Denis reste fidèle â l’atmosphère du début du 19ème siècle, l’ adaptation ne trahit en rien la langue littéraire romantique de cet immense romancier mais le style narratif de confidences donne un ton très actuel.

Grâce au décor d’ Hermann Batz nous sommes imprégnés par l’atmosphère du littoral normand,

Les vagues emportent avec elles, les souvenirs de celle qui avait cru au bonheur !

« Ce n est pas toujours gai la vie. »

Le père de Jeanne répliqua en soupirant.

« Que veux tu fillette, nous n y pouvons rien. »

Merci à Madame Celarié et à ceux qui ont participé à monter ce beau projet pour la scène du Théâtre des Mathurins, nous offrant ce luxe de revivre durant 1h 30 un vrai classique de notre littérature.

3 plusieurs commentaires

  1. L’incontournable roman de Maupassant avec la puissante nterpretation de Clementine Celarie font de cette pièce un moment de théâtre exceptionnelle. Foncez ! (Clementine Celarie ovationnée) !

  2. Clémentine Celarie est magistrale. Elle est Jeanne, sans aucun doute. Toute une vie en 1h20, qui nous a replongé dans un livre qui nous avait marqué il y a tant d’années. Seul bémol….machine à fumée un peu trop puissante.

  3. Bravo, bravo et bravo. Le décor, le texte, la mise en scène, l’émotion et surtout l’interprétation… tout y est. Merci pour ce grand moment de théâtre !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :