Coups de coeur

Un coeur sauvage au Théâtre La Jonquière

affiche-un-coeur-sauvage

Artistes : 

Léa Malassenet, Ugo Savary, Thomas Violleau

A l’affiche :

Jusqu’au 18 au 21 octobre 2017

Lieu :

Théâtre La Jonquière

88, rue de la Jonquière

75017 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
un-coeur-sauvage

Par Bernard-Alexandre pour Carré Or TV

Emouvant, drôle et beau

 

Un jour Mathan tombe amoureux et son enfance vole en éclats.

Chronique de l’adolescence, de l’éveil à l’amour et aux désirs. « Un Coeur Sauvage » suit les joies et les tourments de Mathan, 17 ans, perdu entre une fille et un garçon.

Qui apprivoisera son coeur sauvage ?

Cette histoire, maintes fois racontée au cinéma, a été une première au théâtre. Écrite en 2005, entre l’adoption du PACS et du Mariage Pour Tous, cette oeuvre permet de faire le bilan sur le regard de la société française face à la question de l’homosexualité.

« Un Coeur Sauvage » parle de l’homophobie, du coming-out et de l’acceptation de soi au moment de l’adolescence.

Cette pièce est une comédie dramatique où les moments de vies laissent place à des envolées littéraires de ce jeune protagoniste qui couche sur son journal intime tous ses questionnements, ses désirs, ses frustrations, ses espoirs et son désespoir.

un-coeur-sauvage2

Cette pièce de Christophe Botti se jouera dans une toute nouvelle version du 18 au 21 octobre au Théâtre de la Jonquière. À cette occasion, nous avons rencontré l’équipe afin de leurs poser quelques questions.

– Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Frédéric Maugey : Je suis le metteur en scène de « Un Cœur Sauvage ». Je suis originaire de Libourne, une sous-préfecture de la Gironde. J’ai d’ailleurs tenu à domicilier la compagnie qui produit la pièce dans ce département auquel je suis très attaché.

Léa Malassenet : Je suis comédienne. J’ai commencé par une formation de comédie musicale à l’AID. C’est au bout de ces deux ans de formation que j’ai vraiment su ce que je voulais faire : jouer. J’ai ensuite intégré la compagnie des Hommes Papillons avec laquelle je travaille toujours. Puis les projets se sont enchaînés : théâtre, pubs, télé, web-série.

Thomas Violleau : J’ai 21 ans et je viens du pays de la brioche et de mogette (rires).

Ugo Savary : J’ai 27 ans et je suis comédien bilingue français/anglais. J’ai vécu dans cinq pays différents, notamment pour un MBA, et j’ai participé à une dizaine de courts métrages, web séries et publicités. Cette année, j’ai joué face à Manu Payet, Fred Testot et Louane à la télévision et au cinéma. J’écris également.

– Frédéric, Pourquoi votre choix de mise en scène s’est porté sur la pièce « Un Cœur Sauvage » de Christophe Botti ?

Frédéric Maugey : Par coup de cœur, si je puis dire, pour l’auteur. Et puis aussi pour les sujets qui sont traités dans cette œuvre : l’homophobie, le suicide, mais aussi le coming-out, la découvert de soi, l’amour de soi…

J’ai eu le plaisir de rencontrer et de discuter avec Christophe Botti autour d’un café. À la fin de ce rendez-vous, je me suis rendu compte que nous partagions beaucoup de points communs dans notre vision du théâtre et des métiers qui tournent autour (auteur, metteur en scène, comédien…) mais aussi sur certains sujets de la vie en générale.

– Qu’est-ce qui vous a séduit dans vos personnages ?

Léa Malassenet : Virginie est une boule d’énergie. En tout cas, c’est ce qu’on a voulu faire ressortir avec Frédéric. Elle passe par toutes les émotions en huit secondes. Elle offre une belle palette de jeu et quoi de plus jouissif pour une comédienne ? Alors oui, c’est du travail mais ce personnage m’anime par sa fraîcheur.

Thomas Violleau : Ce qui a de séduisant dans le personnage de François, c’est sa complexité. On peut, quand on connaît la pièce, le trouver détestable mais d’un autre côté intriguant. On a envie de creuser pour savoir ce qu’il ressent vraiment.

Ugo Savary : À la lecture pour le casting, j’ai tout de suite aimé Mathan car il est à une période charnière de sa vie : découverte de soi, premier amour, fin de l’adolescence… Et c’est magnifique de travailler sur une histoire d’amour, gay ou hétéro. De plus Mathan est un artiste ce qui me touche.

– Vous sentez-vous proche de vos personnages ?

Léa Malassenet : Virginie est une adolescente de 17 ans, j’ai quasiment 10 ans de plus qu’elle mais on me donne très souvent 20 ans voir moins ! Donc sur le plan physique, j’en suis proche. Du côté du caractère, Virginie est de nature optimiste, naturelle, joueuse, taquine et boudeuse : tout ce que je suis ou tout ce que j’étais.

Thomas Violleau : Je pense qu’on connaît tous des personnes comme François qui aime plaire à tout le monde, qui aime être dans les rangs. J’ai été comme ça, comme beaucoup de personnes à l’adolescence : on ne veut pas se faire d’ennemis.

Ugo Savary : Je suis très proche de Mathan, voir trop parfois ! Comme lui, j’écrivais et je dessinais ado. Nous avons un caractère similaire dans la répartie, le côté populaire/solitaire et la soif de vivre. Mais il a 17 ans donc mon plus gros challenge était de retrouver cette fougue. D’ailleurs je suis retourné dans mon lycée pour m’y reconnecter.

– Vous Connaissiez-vous avant le début de cette aventure ?

Frédéric Maugey : Nous avons organisé des auditions et le duo Ugo-Thomas a été une évidence. Pour Léa, J’ai eu la chance de la voir sur scène dans deux pièces de Christophe Botti et je suis tombé amoureux de cette jeune comédienne. Alors c’est un honneur de travailler avec elle maintenant.

Léa Malassenet : Ensuite nous avons fait une lecture tous ensemble, accompagnés de l’auteur Christophe Botti. On s’est tout de suite entendu et le feeling a été immédiat.

Thomas Violleau : On est tous très différents. Des caractères assez opposés, c’est intéressant dans la vie et sur scène. J’apprends beaucoup avec eux, c’est constructif et humainement ça reste une aventure géniale.

Ugo Savary : Nous sommes soudés et complémentaires, ça se ressent sur scène vous verrez.

– Pouvez-vous nous parler de vos projets à venir ?

Frédéric Maugey : J’angoisse quand je n’ai pas un projet dans les tiroirs (rires). Plus sérieusement, j’ai des projets en tant que comédien avec Christophe Botti et aussi une pièce qui devrait se jouer à l’automne 2018. Du coté mise en scène, j’ai une idée qui commence à mûrir dans ma tête. Je ne voudrais pas trop en dire mais attendez-vous à rire.

Léa Malassenet : Je suis sur deux pièces en préparation, les deux sont des classiques. L’une d’Oscar Wilde qui se jouera en avril prochain. La deuxième, est un texte de Shakespeare, que nous jouerons en mai prochain. Le classique, C’est une première pour moi, je n’ai joué sur scène que du théâtre contemporain, un nouveau défi, j’espère vous y retrouver pour me soutenir !

Thomas Violleau : Prochainement, je vais continuer de travailler avec Jacques Duparc, dans un tout autre registre, au mois de juin, j’ai le plaisir de rejoindre l’équipe de « Clémenceau La Tranchée des Baïonnettes » une comédie musicale qui sera jouée à Marseille.,En Vendée, je suis assistant création d’un spectacle sur Jean de La Fontaine, avec une équipe fabuleuse. Puis d’autres projets de théâtre à venir en Vendée.

Ugo Savary : Je serai dans deux films prochainement : « Budapest » et « Les Affamés ». Et j’écris des scénarios donc j’attends la réponse de quelques concours… Et puis les castings, encore et toujours, en français et en anglais. En espérant reprendre « Un Coeur Sauvage » en 2018 évidemment !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :