Skorpios au loin au Théâtre des Bouffes Parisiens

affiche-skorpios-au-loin

Artistes : 

Ludmila Mikaël, Niels Arestrup et  Baptiste Rousillon

A l’affiche :

Jusqu’au 31 décembre 2018

Lieu :

Théâtre des Bouffes Parisiens

4, rue de Monsigny

75002 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
skorpios-au-loin

Par marie-Christine pour Carré Or TV

Un face à face passionnant

 

Au théâtre des Bouffes Parisiens, embarquez durant 90 minutes pour Skorpios, sur le yacht très prestigieux d’Aristote Onassis, profitant de cette croisière pour séduire sous les yeux de son mari la Diva Maria Callas.

A bord des invités de marque
Sir Winston Churchill retraité de la politique et
Greta Garbo, La Divine, loin d’Hollywood et de ses studios depuis dix huit ans déjà !

Le rêve de Niels Arestrup s’est enfin réalisé.
Vivre sur scène, la rencontre de deux monstres sacrés, loin des feux de la rampe et tenter de comprendre grâce à la pugnacité de Sir Winston Churchill, l’énigme Greta Garbo,cette prodigieuse actrice de cinéma qui a décidé de ne plus tourner de films, alors qu’elle était au zénith !

Isabelle le Nouvel est l’auteure de la pièce « Skorpios au loin ». Cette île paradisiaque, privée, appartenant au milliardaire Onassis
Niels Arestrup, immense comédien qui a maintes fois campé des personnages haut en couleur prend place dans le fauteuil roulant de Winston Churchill et interprète magistralement cet homme politique hors pair.

skorpios-au-loin-2

Octogénaire, affaibli par la maladie, ce dernier apprend que l’actrice pour laquelle il voue une admiration sans borne, est également à bord du yacht !

Depuis toujours, l’ex premier ministre est fasciné par la beauté, la grâce et le talent de Greta Garbo.
Malgré cette apparence physique fragile, le lion de la politique conserve toujours en 1959 cette extraordinaire énergie qui l’a toujours animée.
Il va ainsi tenter de percer le mystère de cette formidable actrice qui envers et contre tout refuse toute proposition de films et semble fuir le monde depuis des années.

Ludmila Mikael avec la distinction que nous lui connaissons et ce timbre de voix chaud, interprète très justement, celle que l’on continue d’appeler « La Reine Christine ». 
Cachée derrière de grandes lunettes noires, voyageant sous un nom d’emprunt,
elle a définitivement quitté le cinéma et son microcosme depuis « La Femme aux deux visages » en 1941 date de son dernier film, qui à ses yeux fut un échec.

Depui, elle fuit les interviews, les réceptions, les mondanités, la vie publique, avec quelques exceptions, Aristote Onassis en faisant partie.

Elle demeure toujours cette très belle femme lointaine, secrète, froide, se défendant de tout intrusion dans sa vie privée et créant ainsi la Légende Garbo.

Jean Louis Benoit maintes fois récompensé au cours de sa carrière, réalise la mise en scène et joue avec brio la palette de couleurs, reprenant ainsi la passion du premier ministre pour la peinture.
Les douces lueurs de l’aube, puis les lumières étincelantes du coucher de soleil et enfin l’obscurité de la nuit éclairée par le ciel étoilé.
Et toujours cette mer où dérivent ces deux monstres sacrés.
Toutes les scènes se déroulent sur le pont du yacht.
Un troisième personnage « Nicklaus », faisant partie du personnel d’équipage,
interprété par Baptiste Roussillon sert ces illustres passagers avec humour et donne à ces derniers les scoops de l’idylle naissante entre Aristote et Maria Callas.
Une douce musique d’ambiance monte jusqu’au pont !

Cloué dans son fauteuil, seul avec son chevalet, ses pinceaux, ses havanes, sa bouteille de Scotch ou de cognac selon l’heure, Winston Churchill continue à mener le même style de vie hédoniste et ce régime semble lui réussir à merveille !
Le vieux Lion tente de comprendre les raisons pour lesquelles La Divine a renoncé au cinéma alors qu’elle reste L’Unique.

Il ose la questionner sur son enfance, il franchit les limites que personne n’ose atteindre et durant quelques instants chacun livre ses souvenirs douloureux de leurs premières années.

Chacun a leur façon ont réussi par la volonté à se hisser aux plus hauts sommets, politique pour lui, cinéma pour elle.
A ce moment précis, ces deux monstres sacrés sont terriblement proches, leurs coeurs battent à l’unisson.

Mais l’insistance forcenée, la violence des propos de Winston Churchill
et cette intrusion dans la vie privée de Greta devient tout à fait dérangeante.

Monsieur le premier ministre entend bien gagner son ultime bataille Ouvrir les yeux de La Divine, atteindre son cœur et la faire céder. Mais, le plus célèbre et brillantissime politicien de Grande Bretagne vient d’essuyer une défaite cuisante face à Madame Greta Garbo.

La star chausse à nouveau ses lunettes noires, reprend ses marques, devient à nouveau la femme secrète, cette inaccessible étoile pour Winston Churchill et le monde entier.
Ecourtant sa croisière, elle quitte le yacht à Porto Fino laissant le premier ministre à son divertissement préféré : La peiture… Elle restera jusqu’à sa mort en 1990, celle que l’on surnommait le Sphinx. Excellente pièce jouée magistralement par des acteurs exceptionnels.

Laisser un commentaire