Coups de coeur

Puzzle à la Reine Blanche

affiche-puzzle

Distribution : 

Elisabeth Bouchaud, Jean-Benoît Terral

A l’affiche : 

Jusqu’au 10 juin 2017

Lieu : 

La Reine Blanche

2 bis, passage de la Ruelle

75018 PARIS

Comparez les prix : 

puzzle

Par Nathaly pour Carré Or TV

 

Il n’est pas de grande beauté

sans cette fatalité :

On ne peut pas être et avoir été

 

Lou Andreas Sand a été un des tops models les plus recherchés de New York. Elle vit aujourd’hui recluse sur une île qu’elle ne supporte plus, dans une maison qui fait face à l’océan.  Dépressive, elle voit un psychiatre (pour les médicaments)  « qui veut toujours la faire parler des hommes ».

Seul Aaron un ancien ami photographe, qui envisage de réaliser un film sur elle, vient parfois lui rendre visite. « Pourquoi  veux-tu faire un film sur moi Aaron ? »

« C’est cette photo qui a fait

la couverture de Vogue »

Pendant qu’Aaron prend des notes, Lou Andreas Sand, qui se compare beaucoup à Greta Garbo,  tente de rassembler ses souvenirs qui lui reviennent telles les pièces éparpillées d’un puzzle : son arrivée à New-York, ses premiers shootings (« c’était mes pensées qui n’allaient pas avec mes robes »), les autres mannequins et leur présumée jalousie, les défilés à Paris, ses tentatives de suicide…

Scindant certaines de leurs conversations, des films en noir et blanc projetés en arrière scène, reconstituent, en flash-back,  leur passé commun : un avion à prendre avant une séance photo en Jamaïque, leur nuit en tant qu’amants dans un motel.

Elle l’a certainement aimé et l’aime encore (« Est-ce que tu voudrais prendre une photo de moi maintenant ? »).  Aaron, qui est marié à une ancienne danseuse, n’envisage pas de louper le dernier ferry qui l’éloignera de cette île et de Lou Andreas Sand.

Ainsi vivent, et parfois aussi sombrent,  les tops models

 

«  Puzzle » est l’adaptation du film culte de Jerry Schatzberg « Portrait d’une enfant déchue » (« Puzzle of a Downfall Child »), sorti en 1970 et magnifiquement interprété par Faye Dunaway.  Ce film était principalement inspiré de la vie du top-model Anne Saint-Marie, mannequin vedette puis déchue dans les années cinquante.

Le rôle de Lou Andreas Sand est littéralement habité par l’envoûtante Elisabeth Bouchaud, qui dirige depuis 2014 le Théâtre de la Reine Blanche. Femme kaléidoscope  puisque actrice et  physicienne émérite (et enseignante), elle écrit aussi des pièces de théâtre ou des adaptations théâtrales depuis près de 30 ans.

Jean-Benoît Terral joue Aaron. Acteur prolixe au théâtre,  il a souvent été dirigé (par exemple dans « Macbeth », ou « La Famille Fenouillard ») par Laurent Pelly, co-directeur du Théâtre National de Toulouse.

Saluons également le metteur en scène, Serge Dangleterre, et la scénographe, Kham-Lhane Phu, de cette pièce,  qui travaillent souvent ensemble puisqu’ils sont  aussi les cofondateurs de la Compagnie Danglefou.

« Puzzle » est une analyse ADN impitoyable de la dépression d’un mannequin vedette vieillissant qui vit dans le souvenir de son ancienne beauté.

Une pièce pas seulement à voir, mais aussi à méditer.

Extrait vidéo : 

Un commentaire

  1. Entre Tennessee Williams et Marguerite Duras, Elisabeth Bouchaud recrée l’atmosphère intime, poignante et douce du chef d’oeuvre oublié de Jerry Shatzberg, « Puzzle of a Downfall Child » qui, avant de devenir cinéaste, était photographe de mode. Le dialogue entre les deux personnages, fait de petits riens qui sont tout, et entrecoupé par des flash-backs, fait naitre une très grande émotion. On les quitte le coeur gros, avec envie de revoir le film.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :