Coups de coeur

Petit éloge de la nuit au Théâtre du Rond Point
avec Pierre Richard

affiche-petit-eloge-de-la-nuit

A l’affiche : 

Jusqu’au 15 avril 2017

Lieu : 

Théâtre du Rond Point

2bis av Franklin D. Roosevelt

75008 PARIS

Infos & réservations : 

petit-eloge-de-la-nuit

Par Nathaly pour Carré Or TV

Pierre Richard nous embarque

dans son poétique voyage

au bout de la nuit

 

Il y a d’abord la scène, telle un cube noirâtre, dénudée, avec sa noirceur comme seul décor.

Pierre Richard apparaît, déambulant, sillonnant la nuit, débutant son errance nocturne dans l’obscurité de la salle : « Il y a les nuits de veille, les nuits d’insomnie, les nuits d’amour ».

La nuit est là, souveraine

« Dans mon esprit aussi, il fait nuit »

petit-eloge-de-la-nuit2

Seul en scène, un homme nous parle de son amour pour la nuit, « la nuit avec ses espaces infinis, la nuit et ses pulsions, la nuit qui est le terreau de la parole d’amour, les belles de nuit ces fleurs qui ne s’ouvrent que la nuit, la nuit avec ses nuiteuses ses femmes qui se prostituent ».

La nuit, quand les noirs esclaves le jour se métamorphosaient en sorciers.

La nuit et ses élans de sincérité, « le jour et ses lâchetés ».

Cette nuit qui est aussi peuplée de cauchemars « la fleur vénéneuse de la nuit ».

Les matins qui suivent ces nuits fantastiques, parfois d’ivresse, et cette soudaine lucidité, où l’homme « a besoin de méditer sa honte »

Au fond de la scène, défilent des images sur grand écran

 

Il y a parfois une femme qui danse, souvent Pierre Richard apparaît filmé en décors naturels : la mer dans laquelle son lit s’enfonce, la forêt qu’il sillonne avec une lanterne blanche, la Camargue et ses flamants roses qu’il observe depuis un ponton, une route qui défile la nuit dans les phares d’une voiture.

Il y a des visages et des corps de femmes que le personnage a désirées, croisées, aimées.

Ces petits films, qui entrecoupent la pièce,  pour certains font penser à des images de Luis Buñuel.

Le jeu des lumières crée également des décors évocateurs : des étoiles, une lune…

Pierre Richard, éblouissant, ne cède rien aux ténèbres

 

Pierre Richard qui a aujourd’hui 82 ans démontre à nouveau qu’il n’est pas seulement l’immense acteur comique que tout le monde connaît (Le grand blond avec une chaussure noire, le Jouet, la Chèvre, les Compères, les Fugitifs…) et qu’il a su trouver ces dernières années une véritable renaissance au Théâtre (avec par exemple la pièce « Pierre Richard III » qu’il a créée en 2012 au Théâtre du Rond-point et emmenée par la suite jusqu’au Festival d’Avignon).

Dans ce « Petit Eloge de la nuit », écrit en 2014 par Ingrid Astier, Pierre Richard trouve LE rôle qui de déambulations nocturnes en pensées philosophiques, nous transporte, nous enchante, et nous laisse pantois d’admiration devant une telle  performance d’acteur.

« Le chat passe sa vie en pyjama »

 

Ce sera la dernière phrase, le dernier pied de nez de Pierre Richard qui quitte la scène sous des tonnerres d’applaudissements.

« Petit Eloge de la Nuit » : une envoûtante balade nocturne avec un si grand Monsieur dans une mise en scène de Gérald Garutti

Extrait vidéo :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :