Mort de la comédienne Claude Gensac à l’âge de 89 ans

claude-gensac1

Par Angélique pour Carré Or TV

Encore une triste nouvelle en cette fin d’année 2016. La délicieuse actrice Claude Gensac est décédée paisiblement dans son sommeil, dans la nuit de lundi à mardi, ce 27 décembre.

Celle qui disait en 2014 « je vais faire comme Molière, jouer jusqu’à ce que je décide de ne plus être là ! » a tiré sa révérence en toute élégance.

Née Claude Jeanne Malca Gensac,  le 1er mars 1927, elle allait avoir 89 ans.

C’est à l’âge de 6 ans, que son père, baryton, quitte le foyer pour une cantatrice. Ils ont une fille qui deviendra speakerine à RTL et qui jouera sous le nom d’Eliette Demay avec sa demi-sœur dans Hibernatus, plus tard.

Elle va au cours Simon afin de préparer le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et en ressort en 1947 avec le 2ème prix de tragédie, le 1er accessit de comédie et son futur mari, Pierre Mondy qu’elle épousera en 1952.

Claude Gensac dans "Le Gendarme se Marie".
Claude Gensac dans "Le Gendarme se Marie".

C’est le mariage de la carpe et du lapin. Claude Gensac  fait une carrière dans le théâtre de tragédies, tandis que Pierre Mondy s’adonne au Théâtre de Boulevard. Evidemment, ils divorceront 3 ans plus tard.

En 1958, elle se remarie avec Henri Chemin, passionné d’automobiles, pilote à ses heures. Il travaille pour la communication de Ford et la promotion de ses voitures dans les films. Ils divorceront à leur tour, en 1977.

De leur union naitra Frédéric Chemin, compositeur de musique de variétés. Il dit de sa mère « elle aura tourné jusqu’au bout ».

En 2013, elle a joué dans « Elle s’en va » avec Catherine Deneuve, d’Emmanuelle Bercot  et dans de « Lulu femme nue » de Solveig Anspach. En 2016, on la retrouve dans « Baden Baden » de Rachel Lang.

« Claude Gensac a été 10 fois

l’épouse au cinéma de Louis de Funès. »

 

Ce qui nous a le plus marqué, c’est son tandem avec Louis de Funès, dont elle sera 10 fois l’épouse au cinéma.

Elle débute au théâtre dans « Borgia » de Herman Closson, joue « Jeanne d’Arc la pucelle » de Jacques Audiberti, « Horace » de Pierre Corneille en 1951, « Kean » de Jean-Paul Sartre en 1953, « Pour Lucrèce » de jean Giraudoux en 1955.

Claude Gensac dans "Le Gendarme se Marie".
Claude Gensac dans "Le Gendarme se Marie".

Il est curieux de voir qu’elle a démarré en tragédienne pour être remarquée dans les comédies, comme par exemple dans « la Dame de chez Maxime », « deux Vierges », «La Cage aux Folles », dans les pièces de « Au théâtre ce soir ». Claude Gensac aura joué dans plus d’une centaine de films en 63 années de carrière dont plus de la moitié sont des comédies.

En 1952, elle joue dans « La vie d’un honnête homme » de Sacha Guitry avec Michel Simon comme partenaire. C’est là qu’elle joue une femme de chambre tandis que Louis de Funès joue un valet. Choisie par la femme de Louis de Funès qui pensait avec raison qu’elle ne lui chiperait pas son mari, c’est le début d’un partenariat qui les mènera dans la lumière.

On les retrouve dans la pièce « Sans cérémonie » de Jacques Vilfrid et Jean Giraud.

Claude Gensac joue dans « la caméra explore le temps », les cinq dernières minutes », « l’Affaire des poisons », Napoléon II », « Comment épouser un 1er ministre », « les sultans », « Journal d’une femme en blanc », ainsi que pour le doublage de la reine dans « Blanche Neige » de Walt Disney.

« Avec Louis de Funès, ils forment

un couple unique et fort drôle. »

 

Avec Louis de Funès, ils forment un couple unique et fort drôle, tout en retenue ironique et distinguée pour Claude Gensac. On les voit dans « Oscar », « Le Corniaud », « La Grande Vadrouille », « Le Gendarme se Marie », « Hibernatus », « le Gendarme se balade », « Jo », « l’Avare »

Claude Gensac dans "Hibernatus".
Claude Gensac dans "Hibernatus".

Hélas, à mettre ses œufs dans le même panier, elle refuse certains rôles. A la mort de Louis de Funès, Claude Gensac connait une traversée du désert.  Elle revient au théâtre jouer dans « le dindon » de Feydeau, «Le Bal des Voleurs » de Jean Anouilh et dans la série « Marc et Sophie », « de l’huile sur le feu » en 2011.

En 2005, elle publie une autobiographie « Ma biche… c’est vite dit ! »

On la retrouve dans la série « Sous le Soleil », « La prophétie d’Avignon », dans « scènes de ménages » dès 2012.

« A 88 ans, en 2015, elle est nommée

pour le César de la meilleure actrice. »

 

En 2008, elle joue avec Jean-Pierre Castaldi dans « La Perruche et le Poulet ». A 88 ans, en 2015, elle est nommée pour le César de la meilleure actrice pour un second rôle pour le film « Lulu femme nue ».

En 2016, et joue dans le téléfilm pour Arte, Damoclès, avec Manu Payet, réalisé par Manuel Schapira.

Choisie pour sa distinction et la blondeur élégante, Claude Gensac  a marqué par son talent les films qui sont entrés dans l’histoire du cinéma. Elle s’est donné à fond dans ses rôles, nous a fait rire, souvent, nous a manqué et revenue pour notre plus grand plaisir. Cette belle et grande dame a choisi de partir, telle qu’elle a toujours été, en toute élégance. Elle brille de tout son éclat au firmament des étoiles du cinéma qu’elle a rejoint, à notre grand regret.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :