Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

affiche

Artiste : 

Eric-Emmanuel Schmitt

A l’affiche :

Jusqu’au 14 octobre 2018

Lieu :

Théâtre Rive Gauche

6, rue de la Gaité

75014 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
© L'Ombre d'un Instant
© L'Ombre d'un Instant

Par Marie-Christine pour Carré Or TV

Emouvant,

dans une très belle interprétation !

 

Pour notre plus grand plaisir, Eric-Emmanuel Schmitt auteur, devient conteur de « Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran ».

30 représentations exceptionnelles sur la scène de son théâtre favori : Théâtre Rive Gauche jouée à l’origine par l’excellent comédien : Bruno Abraham-Kremer,

Eric-Emmanuel Schmitt a donné plus de 150 représentations et a été applaudi dans le monde entier.

Son livre est étudié dans de nombreux pays par des écoliers de toute nationalité et de toute confession.

Quelle jouissance pour cet écrivain de pouvoir faire vivre sur les planches. Cette rencontre merveilleuse entre ce jeune juif Momo et ce musulman âgé : Monsieur Ibrahim, tous deux habitants de la Rue Bleue.

monsieur2

Anne Bourgeois assure avec talent la mise en scène.
L’auteur comédien évolue entre le fauteuil paternel et l’étal de fruits de l’épicerie
de Monsieur Ibrahim.
Le paravent encombré de bas nylon des dames de petite vertu
en fond de scène : un grand espace coloré évoquant la liberté, les voyages, la mer, le soleil, l’orient.
Tout au long de la pièce, nous écoutons avec plaisir les airs et les chansons des années sixties.

Devenu adulte Moise raconte sa jeunesse, dans ce Paris des années 60. Du temps où on le surnommait Momo !
Rue bleue, avec  »l’épicerie arabe » installée depuis 40 ans dans cette rue essentiellement juive.

Derrière sa caisse, avec sa blouse grise,
 »Monsieur Ibrahim semble avoir toujours été vieux  ».
Il n’est guère bavard, et tous le considère comme un vieux sage, une sorte de philosophe qui lit un drôle de livre : Le Coran.

Momo grandit dans cette rue, seul avec un paternel dépressif. Sa mère a quitté le domicile conjugal avec son frère aîné !

Devenu pubère, il casse sa tire lire pour rendre visite aux prostituées du coin. Il chaparde régulièrement des boîtes de conserve dans l’épicerie de Monsieur Ibrahim : « Voler un arabe, pas de quoi fouetter un chat ! »

Au fil du temps, Momo ce petit juif drôle, mal dégrossi car livré à lui même, parle de plus en plus avec Monsieur Ibrahim qui malgré les apparences n’est pas arabe ! Un comble !
Ce dernier va l’initier à la vie.
A sourire !

Momo l’écoute avec respect.
Cette rencontre va combler sa solitude, son mal être.

Mr Ibrahim devient son mentor, puis son père adoptif après le suicide de son géniteur.Ce vieux sage réalise avec Momo le voyage de sa vie, le retour aux sources : La Turquie !

Momo va ainsi s’initier au monde qui l’entoure.
Apprendre à regarder autour de lui, à écouter, à danser à la façon des derviches tourneurs, à sentir les parfums des lieux
 « L’odeur de la bougie : C’est catholique L’odeur de l’encens : C’est orthodoxe ».

L’odeur des pieds :  »Tu es dans une mosquée Momo, c’est musulman ». L’apprentissage de la vie avec sagesse, générosité, respect et surtout amour.

Ce récit initiatique est un hymne à la tolérance. Une histoire d’amour qui ne peut laisser personne insensible
juif, musulman, torah, coran …

L’essentiel demeure le coeur des hommes.

Avec le retour en force du repli identitaire, du racisme, de l’anti sémitisme, ce petit livre d’Eric-Emmanuel Schmitt nous interpelle encore et toujours.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :