Coups de coeur

La vie parisienne ou presque au Théâtre Daunou

affiche-la-vie-parisienne

Artistes : 

Cathy Arondel ou Ariane Carmin, Julie Lemas ou Clara Soares, Gregory Juppin ou Julien Rouquette, David Koenig, Simon Legendre ou Tristan Garnier

A l’affiche :

Jusqu’au 30 décembre 2017

Lieu :

Théâtre Daunou

7, rue Daunou

75002 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
la-vie-parisienne-ou-presque

Par Nathaly pour Carré Or TV

Plaisir et détente garantis !

 

Que vous soyez ou non amateur d’opérette, que vous adoriez ou détestiez Jacques Offenbach, oubliez tout et précipitez vous au Théâtre Daunou où David Koenig et sa troupe revisitent et modernisent « La vie Parisienne ».

Sur scène quatre olibrius accompagnés d’un pianiste commencent à interpeller la salle et nous donnent l’impression de débarquer en pleine représentation.

Un vent de folie peut commencer à souffler et à nous faire décoller de notre quotidien. Morosité et soucis immédiatement oubliés !

« Je serai votre guide

dans la Ville splendide »

 

«  La vie parisienne », opéra-bouffe créé en 1866 par Jacques Offenbach, qui était à l’origine une ouverture de concert, reste la pièce la plus célèbre, et la plus haute en couleurs de celui qu’on nommait le Petit Mozart des Champs Elysées.

la-vie-parisienne2

150 ans après la création de ce classique, c’est donc un pur bonheur de découvrir cette version complètement déjantée, insolente, modernisée, remise à un délicieux goût du jour.

« A quelle heure arrive le train ? Quel train ?

Le train de l’amabilité ?»

 

Airs d’opérette et chansons plus contemporaines (« A Paris » d’Yves Montand, « Sous les Ponts de Paris » d’Albert Préjean, des airs de Gospel, des intonations parfois jazzy) s’entrecroisent et se succèdent, mettant en rythme les moult rebondissements vécus par les personnages de l’opérette d’Offenbach : un Baron coquin, un brésilien venu d’Autriche, une Baronne belgo-suédoise avec un curieux accent, une gantière, un faux guide, une femme de chambre délurée, une petite comtesse « qui crie braguette », ….et j’en passe….

Les quatre acteurs/chanteurs parviennent à se démultiplier par d’habiles changements de costumes et d’attitudes, on se croirait à un bal de la belle époque avec des danseurs et des mondains qui virevoltent et chantent (merveilleusement bien d’ailleurs). Ils emplissent la scène par leurs mouvements, leurs voix, par leur humour et surtout leur généreux talent.

La mise en scène virevoltante et impertinente est de Philippe d’Avilla.

C’est au Théâtre Daunou, un théâtre aussi beau qu’il est bleu.

C’est pétillant et réjouissant comme des bulles de champagne, comme la Vie Parisienne, ou presque…en somme !

Extrait vidéo

3 plusieurs commentaires

  1. Un spectacle qui mêle avec brio le lyrisme des chansons d’Offenbach et un humour décalé jouant avec le spectateur et les coulisses. Une mise en abîme intelligente, un rythme effréné, et des comédiens brillants !

  2. Incroyable ! Bien écrit ! Très drôle ! Pleins de référence que nous avons toutes et tous. Vous avez envie de vous tordre de rire ? Ce spectacle est pour vous. Moi j y retournerais avec grand plaisir ! Allez y vite. C est très bien joué ! Je ne connaissait pas les acteurs mais merci à Philippe D’Avilla metteur en scène de m’avoir fait connaître ce spectacle !

  3. Spectacle loufoque et pleins de clins d’oeil inattendus. La troupe est investie et joyeuse. Très bien chanté. J’ai ri et passé un bon moment. Merci à eux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :