Coups de coeur

La leçon de photographie au Théâtre Saint Georges

affiche-la-lecon-de-photographie

Distribution : 

Pierre-Anthony Allard

A l’affiche : 

Jusqu’au 11 avril 2017

Lieu : 

Théâtre Saint Georges

51, rue Saint Georges

75009 PARIS

Comparez les prix : 

la-lecon-de-photographie

Par Nathaly pour Carré Or TV

La photographie,

ou une autre façon de regarder

 

J’assiste aujourd’hui au Théâtre Saint-Georges à la 2ème représentation  de « La leçon de photographie » animée de bout en bout par un photographe extrêmement sympathique, Pierre-Anthony Allard. Son talent a longtemps brillé au sein du prestigieux Studio Harcourt, dont les clichés en noir et blanc ont été célébrés dans le Monde entier.

Un œil en gros plan se transforme

en lentille d’un appareil photo

 

Dès le départ, Pierre-Anthony Allard nous prévient : « Je n’y connais rien en technique, je suis un autodidacte ». Photographe français né à Chicago, il a été photographié à l’âge de 3 ans par le célèbre Studio Harcourt. C’est ce premier cliché qui illustrera sa rencontre avec les spectateurs du Théâtre Saint-Georges, car plus qu’une pièce de théâtre, ou qu’une conférence, il s’agira d’une véritable rencontre humaine entre un photographe émérite et des passionnés de photographie. Non puriste, Pierre-Anthony Allard intègre aussi les selfles des Smartphones dans les clichés photographiques à ne pas négliger.

la-lecon-de-photographie2

Voleur de lumière,

le photographe est aussi un tireur d’élite

 

Pierre-Anthony Allard commence à travailler au studio Harcourt dès 1984, d’abord pour y informatiser tous les fichiers papier des prises de vue. Il deviendra dès cette première année, l’unique photographe en titre du studio. En 1992, il rachète la marque « Studio Harcourt » Il y restera jusqu’en 2008. Parmi les clichés les plus célèbres de ce photographe, figurent ceux de Carole Bouquet, d’Isabelle Huppert  et de Laetitia Casta.

Pierre-Anthony Allard qui travaille avec un Pentax 67, est désormais photographe indépendant, et anime également des formations et des séminaires sur la lumière en photographie.

C’est Henriette Chardak, journaliste et auteure (de biographies et romans historiques) qui a mis en scène cette « Leçon de photographie », très interactive et avec des maladresses (fortuites ou non) qui ne font qu’apporter une vraie énergie positive à cette pièce particulière et qui indéniablement rendent ce photographe passionné extrêmement sympathique.

Pierre-Anthony Allard nous parle de l’histoire de la photographie qui commence avec Léonard de Vinci et sa chambre obscure percée d’un simple trou, du couple vitesse/diaphragme, de son premier appareil photo, de son premier selfie en tant que parachutiste, de Jeanloup Sieff, des projecteurs,  du Pop Art, de la Nouvelle Vague et du positif des clichés qui redevient négatif et réciproquement,

Le sentiment de la lumière

 

La qualité de la lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle, est le gage d’une photo réussie.

Pierre-Anthony Allard en fait la démonstration lors d’une séance de travaux pratiques : un spectateur tiré au sort dans la salle, gagne ainsi une vraie prise de vue sur scène, avec la réalisation de son portrait en noir et blanc, ombres et lumières, qui rappelle indéniablement la beauté des clichés Harcourt.

Cette pièce un peu hors normes est assez fascinante, souvent drôle et très enseignante sur l’art et le monde de la photo et elle doit beaucoup à la personnalité bienveillante et généreuse de Pierre-Anthony Allard

La prochaine séance sera le Mardi 11 Avril au Théâtre Saint-Georges à 20 heures 30  (les autres séances sont complètes).

Photographes amateurs ou émérites, « La leçon de photographie » est la soirée au théâtre que vous ne devez pas manquer !

Extrait vidéo :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :