Juste la fin du monde au Théâtre Montmartre Galabru

affiche-juste-la-fin-du-monde

Artiste : 

Guillaume Chabaud, Romain Moine, Isabelle Toris, Noëlle Malacchina et Laure Massard

A l’affiche :

Jusqu’au 28 décembre 2017

Lieu :

Théâtre Montmartre Galabru

4, rue de l’Armée d’Orient

75018 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
juste-la-fin-du-monde

Par Bernard-Alexandre pour Carré Or TV

Belle interprétation

pour une grande émotion !

 

Louis est de retour dans la maison familiale. Après 12 années d’absence, l’homme maintenant âgé de 34 ans décide de retourner auprès des siens pour annoncer sa maladie et sa mort prochaine. Malheureusement, les choses ne vont pas se passer pour le mieux. Chacun se retrouve dans l’urgence d’avouer à Louis ce qu’il a sur le coeur.

Personne ne sortira indemne de cette journée qui va devenir un point de non retour pour Louis.

Jean-Luc Lagarce est aujourd’hui l’un des auteurs contemporains les plus joués en France. Ses textes ont également fait l’objet de multiples traductions et sont joués dans de nombreux pays.

L’auteur meurt à l’âge 38 ans du sida (1995), comme d’autres dramaturges de sa génération tels que Bernard-Marie Koltès ou Copi.

Il a écrit entre autres les pièces « Derniers remords avant l’oubli », « Les Prétendants », « J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » et « Le Pays lointain ». Ses écrits sont redécouverts par les critiques et les metteurs en scène depuis sa mort.

Terry Misseraoui est réalisateur. on lui doit plusieurs court et moyen métrages. Avec « Juste la fin du monde » il fait ses débuts de metteur en scène.

Un drame bien mis en scène

 

La mère est une thématique récurrente dans l’univers cinématographique de Terry. C’est donc tout naturellement que l’artiste s’est tourné vers la pièce de Jean-Luc Lagarce qui traite principalement des relations familiales. Le texte « Juste la fin du monde » fut un véritable coup de coeur pour le jeune réalisateur.

Sur scène, cinq comédiens talentueux donnent vie à l’univers de Terry Misseraoui : Laure Massard, Romain Moine, Guillaume Chabaud, Noëlle Malacchina et Isabelle Toris.

Laure Massard interprète le rôle de Suzanne. Laure est originaire de Suisse et est venue se former en tant que comédienne au Studio Pygmalion. Elle sera prochainement à l’affiche du long métrage de Hugo Parthonnaud « La naissance du narcissisme ».

Romain Moine qui interprète le rôle de Louis, s’est formé aux méthodes Meisner, Tchekov ainsi qu’à Acting International. On peut le retrouver au générique de plusieurs films de Terry Misseraoui.

Guillaume Chabaud s’est formé quant à lui aux côtés de Irène de Crozefon, ce qui lui a permis d’aborder des auteurs tels que Courteline, Duvillard ou Assous. On a pu le retrouver récemment au théâtre dans « Les fiancés de Loche » et dans le moyen métrage « Romain & Julien ». Guillaume interprète le rôle d’Antoine dans « Juste la fin du monde ».

Noëlle Malacchina est Catherine. Noëlle s’est illustrée au théâtre dans « Les fiancés de Loche », « Les femmes savantes » ou bien encore « Léonie est en avance » de Feydeau après une formation auprès de Sarah Mesguich et Marie Frémont.

Isabelle Toris est la mère. Isabelle s’est illustrée dans de nombreuses pièces : « Les liaisons dangereuses », « Le sexe faible » ou encore « Cuisine et dépendance ». Isabelle est également auteur et chanteuse.

Jouer une pièce de Jean-Luc Lagarce n’est pas chose aisée. Son écriture procède par incises, les personnages reprennent sans cesse ce qu’ils viennent de dire en le modifiant. En voulant préciser les choses au maximum, le texte devient paradoxalement de plus en plus flou.

On appréciera le jeu des comédiens et des comédiennes.

 

Un grand bravo en particulier à Isabelle Toris pour son interprétation sans faute de la mère de Louis. Grâce à un jeu nuancé, subtil et plein de ruptures, la comédienne nous embarque avec elle et nous fait complètement oublier la difficulté du texte.

Sans trop en révéler, la première mise en scène de Terry Misseraoui est prometteuse et originale. Le metteur en scène réussit à faire se rencontrer le texte de Jean-Luc Lagarce et la singularité de son univers poétique et onirique. Une belle découverte !

3 plusieurs commentaires

  1. C’est une joie immense de voir des comédiens se délecter d’un texte si difficile. Noëlle Malacchina et Guillaume Chabaud nous transpercent particulièrement d’émotion et forment un couple en crise dont on ressent chaque soubresaut. La scénographie pop et colorée tranche avec le drame familial qui se joue et tend à le rendre encore plus pathétique, au sens le plus noble du terme. Une pièce à voir pour sa mise en scène grossissant à la loupe nos angoisses et nos complexes, rendus ici grotesques et morbides

  2. J’ai été émue par cette représentation très forte, très intense. Les comédiens ont une belle finesse de jeu, et Louis nous apporte une grande intensité dans son silence. Bouleversant

  3. Dans une mise en scène réussie, à la fois sobre et lumineuse, les comédiens portent avec beaucoup de talent et de sincérité une histoire sombre et un texte difficile. L’interprétation émouvante et juste ne peut laisser le spectateur indifférent, à moins d’avoir un coeur de pierre ! Bravo à eux. Allez vite les voir, vous ne serez pas déçus !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :