Coups de coeur

Jean la Chance au au Studio Hébertot

affiche-jean-la-chance

Distribution : 

Benjamin Assayag, Lou Guyot, Théo Navarro-Mussy et François Raüch de Roberty

Lieu : 

Studio Hébertot

78 bis, boulevard des Batignolles

75017 PARIS

jeanD

Par Nathaly pour Carré Or TV

Jean la Chance, ou le bonheur

de ne plus rien vouloir posséder

 

J’assiste ce soir à la dernière représentation exceptionnelle de « Jean la Chance » de Bertolt Brecht au Studio Hébertot, lieu de programmation émérite, car détecteur et révélateur de tant de talentueuses pépites.

La salle est pleine, les spectateurs sont majoritairement jeunes et passionnés.

« A moi, l’aventure sur les routes ! »

 

Jean est un fermier un peu simple d’esprit, qui aime dire ses prières allongé. Il est marié à la belle Jeanne (« Il est un peu simple, mais il est serviable ») qui a envie d’un autre homme. Elle le quittera d’ailleurs pour un séducteur, Monsieur Feili.

A partir de cet instant, Jean échangera tout ce qu’il possède contre quelque chose d’autre, en se faisant à chaque fois flouer, voler, tromper : il laissera sa ferme (et la servante qui va avec)  à 2 forains, il se fera voler son attelage par un soi-disant ami, puis troquera son dernier bien contre un manège, puis offrira sa propre virginité pour pouvoir donner à manger à son ancienne femme tombée enceinte d’un autre, puis il sera esclave entre les mains de tortionnaires allant jusqu’à se dénoncer à la place d’un meurtrier.

Jean qui peu à peu ne possédera plus rien, qui aura subi toutes les trahisons et cupidités possibles, n’en perdra pas pour autant son goût du bonheur et de la beauté de la nature qui l’entoure, des étoiles, du ciel, des nuages.

Une envoûtante noirceur toute brechtienne

 

La fable, « Jean La Chance », (« Hans Im Glück ») est une pièce de jeunesse à l’origine  inachevée de Bertolt Brecht commencée en 1919 et  inspirée d’un conte populaire éponyme collecté en 1819 par les célèbres Frères Grimm.

Cette pièce, rarement montée, est littéralement emportée par quatre jeunes et excellents acteurs, tous membres de la compagnie « Frères d’Art » :

François Raüch de Roberty joue Jean. Il est Jean : bon, exalté, idéaliste, parfois halluciné, souvent maltraité. Il nous livre une prestation d’acteur d’un très haut niveau.

Lou Guyot joue entre autres le rôle de Jeanne sa jeune épouse. Elle est délicate et subtile comme une danseuse. Lou Guyot qui avait joué dans la pièce « Le marronnier de la rue Caulaincourt » avec Bérengère Dautun.

Théo Navarro-Mussy, qui joue plusieurs rôles dont celui de Monsieur Feili et celui d’une femme foraine propriétaire d’un manège-Orgue de barbarie, est magistral et drôle.

Benjamin Assayag est le 4ème talent de cette jolie troupe d’acteurs.

La mise en scène épurée et captivante est de Constant VanderCam.

Surveillez bien la prochaine programmation de cette pièce qui ne peut que légitimement  revenir très rapidement à l’affiche.

Extrait vidéo :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :