Dis moi que je rêve ! Au Théâtre Clavel

affiche-dis-moi-que-je-reve

A l’affiche : 

Mercredi 31 mai 2017 à 21h30

Lieu : 

Théâtre Clavel

Rue Clavel

75019 PARIS

dis-moi-que-je-reve

Par Stanislas pour Carré Or TV

« Un vrai délice

dans une performance d’acteurs »

 

C’est une fois de plus au Théâtre Clavel que nous avons rendez-vous. Ce célèbre théâtre où l’on prend plaisir à multiplier les visites, pour y croiser des fidèles de la programmation de ce lieu.

Ce soir, nous assistons à l’unique date de représentation de la pièce « Dis moi que je rêve » écrite à quatre mains par Françoise Levesque et Benjamin Castaneda.

Tout commence dans la bonne humeur avec un air de Sylvie Vartan « La plus belle pour aller danser ». Clarisse, interprétée par Françoise Levesque, une mère fantasque, équipée d’un casque de chantier sur la tête, procède à quelques travaux de rénovation de son appartement.

Nina, interprétée par Frédérique Fricker, débarque chez sa mère. Elle est en plein burn-out et traine un arrêt maladie. De plus, elle vient de se faire plaquer par son petit ami.

« Ta mère vit avec son temps »

 

Nous assistons à une situation explosive entre la mère et Nina qui découvre un mystérieux homme nu en tablier. Il s’agit d’un homme de ménage, Paul, interprété par David Pfender. En réalité, un gigolo qui souhaite se marier avec Clarisse.

« Et les fous n’ont pas le droit de se marier ? »

 

Paul est tantôt un gigolo, un homme de ménage, un futur marié, un architecte d’intérieur et un médium.

« Un coca et ça sonne ! »

 

Nous assistons à une pure comédie très bien relevée dans laquelle la mise en scène est rythmée par des dialogues très bien construits.

Frédérique Fricher excelle dans son rôle, au point d’en perdre la tête, face à Françoise Levesque qui prend un malin plaisir dans une posture machiavélique.

Au milieu de ces deux femmes, David Pfender est attendrissant dans son jeu à multiples casquettes.

Le théâtre Clavel était comble et le public conquis.

Nous assistions à l’unique date. Nous pensons qu’il ne s’agissait que d’un test, et que celui-ci est concluant pour ses auteurs et les comédiens.

Nous ne serions pas surpris que cette pièce soit prochainement programmée sur une longue période.

2 plusieurs commentaires

  1. Françoise LEVESQUE

    Merci Stanislas d’être venu et merci pour cette belle critique. Ravie que vous ayez aimé !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :