Cantate pour Lou Von Salomé au Studio Hébertot

fiche

Artistes : 

Bérengère Dautun, Sylvia Roux

A l’affiche :

Jusqu’au 28 janvier 2018

Lieu :

Studio Hébertot

78 bis, boulevard des Batignolles

75017 PARIS

Réservation en ligne
Réservation en ligne
Photo Béatrice Landre
Photo Béatrice Landre

Par Nathaly pour Carré Or TV

Article dédié à Vincent DUMONT

Le destin extraordinaire

de Lou Andreas-Salomé

 

Quel est le point commun entre Freud, Nietzche et Rilke ?

Une femme, une maîtresse, une maîtresse femme : Lou Andreas-Salomé.

Freud la disait « d’une intelligence redoutable » et Rilke affirmait d’elle « C’est un buisson ardent »

« Si tu veux avoir une vie, vole-la »

(Lou Andreas-Salomé)

Photo Béatrice Landre
Photo Béatrice Landre

Née Lioulia Von Salomé à Saint-Pétersbourg en 1861, d’une mère de la noblesse danoise et d’un père allemand, seule fille dans une fratrie de cinq frères, Lou Andreas-Salomé fut une romancière et essayiste à succès mais également la première femme à devenir psychanalyste.

Lou perd son père adoré alors qu’elle n’a que 17 ans. Sa marche en avant ne s’arrêtera plus jamais, dévorée par la passion et sa soif de connaissances, nourrie par de multiples rencontres : Sigmund Freud, Rainer Maria Rilke, Friedrich Nietzsche, mais aussi Paul Rée le philosophe juif allemand (avec lequel elle formera un ménage à 3), ou Friedrich Carl Andreas qui deviendra son mari et avec qui elle n’aura jamais de rapport sexuel…

« Cantate pour Lou Von Salomé »

Unique pièce de théâtre retraçant le parcours exceptionnel de la première femme psychanalyste

 

Sur scène, elles sont deux, chevelures rousses, beautés vêtues de longues robes sombres, redonnant vie à Lou Andreas-Salomé et interprétant tour à tour les personnages ayant croisé sa route.

Sylvia Roux, qui est également la talentueuse directrice du Studio Hébertot, est Lou Andreas-Salomé. Elle frémit d’une intelligence jamais rassasiée et inaltérable. Elle est d’une justesse fascinante.

Bérengère Dautun, qui a écrit cette superbe pièce et qui y revêt une myriade de rôles, mère, père, amant, homme, femme, pasteur, est comme à son habitude bouleversante de charisme et de talent.

La mise en scène d’une fluidité parfaite est d’Anne Bouvier.

Les deux actrices, complices, sont comme le miroir l’une de l’autre, le mouvement de l’une finissant le geste de l’autre, se fondant l’une dans l’autre, pour ne plus en former qu’une : Une femme exceptionnelle et rare qui ne laissa aucun a priori ou préjugé lui barrer la route.

Une femme libre et moderne, tout simplement.

« Cantate pour Lou Von Salomé », un bijou théâtral féminin et féministe qui force l’admiration des femmes… et des hommes…

2 plusieurs commentaires

  1. Le bonheur a l’état pur. L’intelligence du texte. La magie de l’interprétation. Deux talents a l’unisson. Merci pour ce cadeau. Madame Dautun, vous signez un merveilleux premier texte.

  2. Bel article, d’une belle pièce, pour de magnifiques comédiennes, dans un lieu admirable. Merci beaucoup. A voir et revoir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :